Actualité du crédit revolving : Quand un veuf se retrouve à payer les credits revolvings de sa femme ! - Creditland.fr

Un site de la société

en partenariat avec PANORANET

Actualités du credit / Actualités du crédit revolving / Quand un veuf se retrouve à payer les credits revolvings de sa femme !
Actualités du Crédit revolving

PictoQuand un veuf se retrouve à payer les credits revolvings de sa femme !

prêt personnel
L'enfer du crédit revolving. Claude Barachet le découvre à l'âge de 75 ans. Sans le savoir, il était plongé, à son insu, dans cette spirale infernale depuis plus de deux décennies. C'est à la mort de son épouse, Monique, survenue en décembre 2010, que le septuagénaire découvre stupéfait que cette dernière avait contracté pas moins de 33 crédits au total auprès de multiples organismes. II tombe des nues. Car ce grand-père de deux petits enfants, affûteur jusqu'à sa retraite, n'avait jamais mis le nez dans les papiers du ménage. C'est sa femme et elle seule qui gérait tous les comptes !

150 000 euros à rembourser !


Leur fils unique, Éric, 42 ans a découvert le pot aux roses lorsqu'il a voulu « mettre en route la succession » après le décès de sa mère : « Il restait 150 000 euros à rembourser ». Pour une grande majorité, il s'agissait de crédits renouvelables, contractés, si l'on s'appuie sur les documents, avec son mari en tant que co-emprunteur. Or ce dernier assure qu'il n'a jamais signé un seul papier. Pourtant sa signature figure sur tous les dossiers.

Pour Claude Barachet et son fils, il ne fait aucun doute que pour parvenir à ses fins, Monique Barachet a imité la signature de son mari. Prévoyante, la défunte avait pris toutefois la précaution de laisser dans ses dossiers une lettre type pour chaque société de crédit afin de faire jouer l'assurance décès : « Aujourd'hui, il doit rester une ardoise de 90 000 euros » précise Éric Barachet.

Un système à la Madoff, toutes proportions gardées

En avril 2008, avec leurs retraites qui s'élevaient respectivement à 1 327 euros pour elle et 1 500 euros pour lui, le couple devait s'acquitter de traites d'un montant de 7 000 euros mensuels : « Ils étaient endettés à 272 % » résume leur belle-fille Murielle.

Pour rembourser ses credits revolvings en cours, sa belle-mère contractait d'autres crédits et ainsi de suite : « Une vraie cavalerie, un système à la Madoff, toutes proportions gardées » sourit Murielle Barachet. Aucun grain de sable n'est venu enrayer la machine : « Elle était très forte. C'était une excellente gestionnaire, si bien qu'il n'y a jamais eu d'incident avec les organismes de crédit. Et pour cause : sur un simple coup de fil, elle pouvait débloquer de l'argent » explique Maître Claude Garcia.

Méthode de voyous !


Aujourd'hui, Claude Barachet se retrouve tout seul pour rendre des comptes. Il est harcelé au téléphone par les organismes qui l'inondent aussi de courriers. Quatre d'entre-eux ont décidé pour l'heure de traîner le septuagénaire abasourdi et désemparé devant les tribunaux. Il est convoqué jeudi devant le tribunal d'instance d'Oloron. Il est débiteur de 30 000 euros.

Maître Garcia va solliciter une expertise graphologique auprès du juge : « Il s'agit de démontrer qu'il s'agit de faux, que Claude Barachet ignorait l'existence de ces prêts. Il doit démontrer sa bonne foi ». Il a bien l'intention aussi de dénoncer « la responsabilité de tous ces organismes qui ne se sont jamais préoccupés de l'endettement préalable du couple » et « les méthodes de voyous » qu'ils utilisent pour récupérer coûte que coûte l'argent emprunté.

Rédigé par
05-03-2012
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction
Quand un veuf se retrouve à payer les credits revolvings de sa femme !0

Picto

S'abonner au flux RSS

Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières actualités en direct.
PictoCreditland
Trouvez le crédit qui vous convient:
Je complète le formulaire pour définir mon profil
Je compare les offres correspondant à mon profil
Je choisis le crédit qu'il me faut
Picto

Baromètre immo

AnnéesTendanceTaux
max
Taux du
marché
Taux
min
7 ansTendance
4,1%
3,3%
2,75%
10 ansTendance
4,15%
3,4%
2,99%
15 ansTendance
4,52%
3,65%
3,28%
20 ansTendance
4,75%
4%
3,55%